28 August 2020

Méthodes Scrum et Agile : différences et atouts

Blog Header_Agile_ITSM

Scrum et Agile. Ces deux mots semblent vous poursuivre un peu partout dans votre univers professionnel : dans l’ascenseur, en réunion et même devant la machine à café. Mais que veulent-ils dire ? Qu’est-ce qui distingue ces deux méthodes ? Et pourquoi devriez-vous les adopter ?

La naissance de Scrum

Tout commence en 1986, lorsque Ikujiro Nonaka et Hirotaka Takeuchi publient un article intitulé « The New New Product Development Game » (comprenez : « Les nouvelles règles de développement d’un nouveau produit ») dans la célèbre Harvard Business Review et avancent la conclusion suivante : d’un point de vue historique, les projets portés par de petites équipes pluridisciplinaires affichent de meilleurs résultats.

Une conclusion qui poussera Jeff Sutherland et Ken Schwaber à mettre au point un processus de développement logiciel un peu plus tard, en 1996. Scrum était né.

Qu’est-ce que la méthode Scrum ?

Scrum est un cadre gratuit conçu pour vous guider tout au long du développement d’un logiciel. Ce guide aide les entreprises à développer et à entretenir leurs logiciels en toute simplicité dans des environnements pourtant complexes et changeants.

Scrum permet de vous adapter rapidement à un univers technologique en constante évolution et aux demandes versatiles de vos clients. Cette méthode se base sur une approche résolument empirique : vous tentez une nouvelle technique, tirez des enseignements de votre expérience et avancez en fonction de ce que vous aurez appris.

Pas envie d’appliquer la méthode Scrum au sein de votre service desk ? Tentez l’approche Kanban >>

Comment appliquer Scrum dans la pratique ?

L’approche Scrum repose sur de petites équipes de 3 à 9 personnes. Ces équipes sont ce qu’on appelle « auto-organisées » et travaillent étape par étape. L’objectif de chaque équipe : concevoir et améliorer un produit ou une fonctionnalité dans un délai bien précis (deux semaines, par exemple). Ces étapes comparables à des « sprints » sont toujours soumises à des échéances réalistes et tenables.

Ses atouts : la transparence, le contrôle et l’adaptation

Mais pourquoi opter pour cette course contre la montre ? Parce que cela vous oblige à organiser votre travail de manière plus réaliste. Vous savez exactement ce que vous devez faire et en combien de temps vous devez le faire. Ce qui vous facilite clairement la tâche au moment de planifier votre agenda.

Sans oublier que cette méthode vous permet de mieux gérer les risques liés à chacun de vos projets. Finis les projections à ultralongue échéance et les analyses de risque de cinquante pages. À chaque étape de votre projet, vous rencontrez les autres membres de votre entreprise pour présenter les points d’achoppement qui vous empêchent d’avancer, mais aussi les scénarios envisageables pour les contourner et l’impact de chacune de ces décisions. Toutes ces informations donneront la chance à votre entreprise de redresser la barre là où cela s’avère nécessaire.

Et, en appliquant des échéances brèves à chacun de vos projets, vous rendez les travaux de votre équipe plus transparents. À l’issue de chaque « sprint », vous présentez le fruit de votre travail à votre client. L’avantage de cette transparence ? Le feed-back client : vous recevez plus régulièrement les retours de votre clientèle et pourrez immédiatement implémenter la moindre remarque lors du sprint suivant. Une technique qui vous permet de développer un produit répondant exactement aux besoins du client.

Envie de vous lancer dans la méthode Scrum ? Suivez simplement les principes repris dans le
guide Scrum et le tour est joué. Lancez-vous, tout simplement, forgez votre propre expérience et découvrez comment fonctionne Scrum en mettant ses différents concepts en pratique.

La naissance d’Agile

En 2001, des experts du développement de logiciels publient le « Manifeste pour le développement Agile de logiciels ». Ce manifeste repose sur quatre valeurs fondamentales :

• Les individus et leurs interactions priment sur les processus et les outils.
• Des logiciels opérationnels priment sur une documentation exhaustive.
• La collaboration avec les clients prime sur les négociations contractuelles.
• L’adaptation au changement prime sur le suivi d’un plan.

Les concepteurs de cette approche ont ensuite traduit ces quatre valeurs en
12 principes. Si l’approche Agile s’applique à tous les secteurs, ces 12 principes se concentrent sur le développement de logiciels.

L’avantage no 1 de la méthode Agile appliquée au développement logiciel est d’apporter une bonne dose de flexibilité aux grandes entreprises. Les petites entreprises sont plus réactives aux changements et aux adaptations de la demande du client étant donné que leurs structures sont encore souples et loin d’être gravées dans le marbre.

Les grandes entreprises, elles, sont moins flexibles. La majorité de ces mastodontes appliquent une méthode de gestion de projets en cascade : chaque nouveau concept doit traverser différents services et de multiples niveaux hiérarchiques avant de pouvoir être mis en pratique. Résultat ? L’entreprise est ralentie.

Comment appliquer une gestion de services Agile ? >>

Scrum et Agile : la différence

La différence entre Scrum et Agile ? Scrum est un cadre. Agile est avant tout un état d’esprit. On peut résumer la pensée Agile de la manière suivante : pour survivre, une entreprise doit être flexible.

Un peu comme un jaguar. Le jaguar n’a qu’un seul objectif : survivre. Et pour survivre, il ne peut compter que sur son habileté et sa souplesse, qui lui permettent de réagir en un instant au moindre mouvement de sa proie. Cette réactivité est tout aussi essentielle aux entreprises, d’autant plus dans un contexte d’évolution ultrarapide des technologies. Votre entreprise doit être suffisamment flexible pour s’adapter rapidement à l’apparition de nouvelles technologies et aux changements dans les demandes de vos clients.

Kodak en est un exemple tristement célèbre. Pendant longtemps, Kodak a été LA référence en matière de photographie argentique. Malheureusement, l’enseigne n’est pas parvenue à s’adapter aux évolutions technologiques entraînées par l’avènement de la photographie numérique. Après quelques tentatives infructueuses, Kodak a fait faillite en 2012.

L’avantage : une manière de réinjecter de la flexibilité et de la réactivité dans votre entreprise

L’approche Agile réinjecte de la flexibilité et, par conséquent, de la réactivité au sein de votre entreprise. Cette méthode prône le recours minimal à la bureaucratie, mais elle exige également l’intervention d’un autre genre d’employés. Dans un environnement de travail Agile, chaque collaborateur est invité à partager ses connaissances, à faire preuve de créativité et à proposer des idées qui sortent des sentiers battus. Le pouvoir d’initiative ne tient plus dans les mains du manager, mais dans celles de chaque membre de l’équipe.

Comment appliquer Agile dans la pratique ?

La méthode Agile ne repose sur aucun manuel à suivre au pied de la lettre. Cette approche demande avant tout de revoir votre culture interne. Pour commencer (et c’est le point le plus important), votre entreprise doit apprendre à accueillir le changement plutôt que le fuir. N’essayez plus de vous tenir au maximum, quoi qu’il advienne, à l’agenda fixé.

La méthode Agile part du principe que vos projets VONT changer et ne resteront pas immuables durant deux ans. Votre objectif est bien clair et défini, mais votre parcours pour y arriver est sujet au changement. Cette approche est un processus d’amélioration continue. Il ne s’achève jamais.

Envie d’en savoir plus sur la gestion de services Agile ?

Dans cet article, Robert vous explique comment concilier méthode Agile et gestion de services.

Besoin de plus d’informations ? Téléchargez notre manuel consacré à la gestion de services Agile et découvrez tous les secrets pour faire souffler un vent d’agilité sur votre service IT.

Téléchargez l'e-book « Agile Service Management »

Comments

Stay Updated on Blog Content

Share this blog:

Want to know what is coming up?

Visit our roadmap!